RSS
Mobile
Google+
Facebook
Twitter
Les éditions
Lettres d'information
Contacts
Conseil départemental de la Savoie
Vous êtes ici : Le Conseil départemental de la Savoie » Le Conseil départemental » Le développement durable

Le développement durable

L'environnement

E/ La lutte contre les espèces exotiques envahissantes

Résumé

Le Département de la Savoie s’implique depuis 2005 dans des actions d‘information, de prévention et de lutte contre les espèces invasives dans la gestion de son patrimoine et des routes départementales, mais aussi en partenariat avec les collectivités et autres organismes gestionnaires.


Aujourd’hui, plusieurs espèces sont sous surveillance : l’ambroisie à feuille d’armoise, la berce géante du Caucase, le chancre coloré du platane, la renouée du Japon, l'ailante glanduleux, les solidages, la balsamine de l'Himalaya et le buddléia du père David ou arbre à papillons.

Pour les reconnaître, prévenir et lutter contre leur prolifération, chacun peut prendre sa part de responsabilité et ainsi améliorer au quotidien notre cadre de vie.

Détail

 

Présentation des films sur les espèces invasives

Ambroisie à feuilles d'armoise

Sous son apparence inoffensive, l’ambroisie prolifère très rapidement dans la moitié sud de la France et de l’Europe. Elle colonise tous types de terrains grâce à sa grande quantité de graines, viables jusqu’à quarante ans dans le sol. Près de 15 % de la population rhône-alpine est aujourd’hui sensible à ses pollens allergisants, transportés sur de très longues distances par les vents.

La prévention et la lutte contre l’ambroisie et ses impacts allergiques sont obligatoires sur tout le territoire national (décret du 26 avril 2017) : il suffit d’arracher cette petite herbacée avant sa floraison en août.


Reconnaître et intervenir au plus vite : téléchargez la fiche pratique.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre l'ambroisie.

 


Berce géante du Caucase

Lutter contre la grande berce du Caucase

En altitude, la berce géante du Caucase commence à gagner du terrain en Savoie, grâce à son énorme production de graines. Il faut se méfier de cette belle géante de 5 mètres de haut : très appréciée en bouquets secs, elle sécrète une substance toxique, la furocoumarine, qui provoque de graves brûlures chez l’homme.

 

Pour stopper sa progression, il faut couper la berce géante du Caucase avant sa montée en graines en début d’automne, sans oublier de bien se protéger pour éviter tout contact.


En savoir plus sur la lutte contre la berce géante du Caucase.

 


Chancre coloré du platane

Lutter contre le chancre coloré du platane

Le chancre coloré est un champignon qui s’attaque uniquement aux platanes, contre lequel il n’existe à ce jour aucun traitement. Les arbres contaminés meurent par assèchement en moins de cinq ans. Ce fléau est présent en Savoie depuis 2006, menaçant ainsi la sécurité des usagers en bord de route, mais aussi la qualité de sites prestigieux comme l’esplanade d’Aix-les-Bains ou l’abbaye d’Hautecombe.

 

La prévention et la lutte contre le chancre coloré sont obligatoires en Savoie (arrêté préfectoral de 2008), via l’abattage et l’incinération des bois après confirmation du diagnostic par un laboratoire spécialisé.

 

En savoir plus sur la lutte contre le chancre coloré du platane.

 


Renouée du Japon

Importée pour ses qualités esthétiques, la renouée du Japon a mis à profit ses capacités d’adaptation exceptionnelles pour s’échapper des jardins, gagner les friches et milieux humides et finalement se développer en massifs inextricables de plusieurs mètres de hauteur. Au-delà de la catastrophe écologique, la renouée du Japon banalise les paysages et empêche toute activité de loisirs dans les milieux qu’elle colonise.

Notre vigilance est essentielle pour préserver les sites qui n‘ont pas encore été colonisés par la renouée du Japon : c’est l’homme qui la colporte le plus souvent, or un seul centimètre de rhizome suffit pour qu’un nouveau pied s’installe.


Reconnaître et intervenir au plus vite : téléchargez la fiche pratique.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre la renouée du Japon.

 


L'ailante glanduleux ou faux-vernis du Japon

Originaire de Chine, l’ailante glanduleux a été introduit en Europe dès la fin du XVIIIe siècle comme arbre d’ornement. Aujourd’hui, il colonise les rives des cours d’eau et les milieux anthropisés tels que les friches, les terrains vagues, etc.

Compte tenu de sa capacité de colonisation (graines, drageons), il convient d’intervenir le plus rapidement possible.

 

 

Reconnaître et intervenir au plus vite : téléchargez la fiche pratique.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre l'ailante glanduleux.

 


Les solidages

Originaires d'Amérique du nord, le solidage du Canada et le solidage géant ont été importés pour leurs qualités ornementales et mellifères. Toutefois, ils se sont vite échappés des jardins pour coloniser les bords de voies de communication, les friches, les bordures de cours d'eau...

Contre cette colonisation, les méthodes les plus efficaces restent la prévention et la vigilance : il faut protéger les secteurs qui n'ont pas encore été colonisés.

 

En savoir plus sur la lutte contre les solidages.

 


La balsamine de l'Himalaya

Originaire de l'ouest de l'Himalaya, elle a été introduite en Europe au XVIe siècle comme plante ornementale dans les jardins avant de se répandre dans le milieu naturel au XXe siècle. Elle apprécie les "zones fraîches" et colonise donc surtout les milieux humides : cours d'eau, berges, fossés, bois humides...

L'expansion des balsamines exotiques pouvant être très rapide et importante d'une année à l'autre, il est donc nécessaire de mettre en place une surveillance régulière.

 

 

Reconnaître et intervenir au plus vite : téléchargez la fiche pratique.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre la balsamine de l'Himalaya.

 


Le buddléia du père David ou arbre à papillons

Originaire de Chine, le buddléia est un arbuste terrestre qui a été introduit pour ses qualités ornementales. Il colonise surtout les sites perturbés tels que les friches, les bords de routes et de cours d'eau suite à une mise à nu, les voies ferrées, les zones de chantiers...

Contre cette colonisation, les méthodes les plus efficaces restent la prévention et la vigilance : il faut protéger les secteurs qui n'ont pas encore été colonisés.


 

Reconnaître et intervenir au plus vite : téléchargez la fiche pratique.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre le buddléia du père David ou arbre à papillons.

 


Le bunias d'orient

Originaire du Caucase et du Sud de la Russie, cette plante est apparue en France au milieu du XIXème siècle. Elle est aujourd’hui répandue dans tout le pays. Le bunias d’orient est une plante de type herbacée vivace aux apparences de colza, sa taille varie de 30 cm à un peu plus d’un mètre. Elle apprécie la lumière, et occupe les accotements routiers et les terrains vagues. Dans les espaces agricoles, elle colonise principalement les prairies exploitées.

Contre cette colonisation, il convient d’éviter le colportage en prenant des précautions lors du transport de terres ou de foin potentiellement infestés.

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre le bunias d’orient.

 


Le laurier cerise

Originaire du sud d’Asie mineure, il est apparu dès le XVIème siècle dans les jardins pour ses qualités ornementales et sa rusticité. Il colonise aujourd’hui les espaces boisés et peut atteindre jusqu’à 6 à 8 mètre de haut.

Pour limiter sa propagation, notre vigilance et notre prévention sont essentielles. Il est important de privilégier la plantation d’espèces locales.

 

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre le laurier cerise.

 


Le raisin d'Amérique ou phytolaque

Originaire d’Amérique du Nord, le raisin d’Amérique a été introduit en Europe pour ses qualités ornementales et ses teintures. Il colonise aujourd’hui les sites perturbés comme les bords de route et les friches. On le trouve également présent le long des cours d’eau.

Pour protéger les secteurs non encore colonisés, la vigilance et la prévention restent essentielles : évitez le transport de terres contaminées ou le déplacement d’engins sur des sites infestés.

 

 

Pour aller plus loin sur la lutte contre le raisin d’Amérique.

 


ACTUALITES

Col du Palet, un refuge 100% énergie renouvelable

Ouvrir en grand

Inaugurée ce vendredi, après trois années de test de son prototype, une pile à hydrogène équipe désormais le refuge, lui permettant ainsi d’assurer son autonomie énergétique. Rozenn Hars, présidente du conseil d'administration du Parc et vice-présidente du Conseil départemental, a profité de cette occasion pour rappeler l'ambition affichée du Parc national : 100 % d'énergie renouvelable dans ses refuges en site isolé. +d'infos


Le nouveau Savoie mag est en ligne +d'infos
Ouvrir en grand

Le développement durable en Savoie +d'infos
Ouvrir en grand

Budget 2018 +d'infos
Ouvrir en grand

La parité au sein du Conseil départemental +d'infos
Ouvrir en grand

Développement durable +d'infos
Ouvrir en grand