RSS
Mobile
Google+
Facebook
Twitter
Les éditions
Lettres d'information
Contacts
Conseil départemental de la Savoie
Vous êtes ici : Le Conseil départemental de la Savoie » Infos pratiques
 

Infos pratiques

L'environnement

Lutter contre le chancre coloré du platane

Résumé

 

Cette fiche technique décrit les moyens de lutter contre le chancre coloré du platane

Détail

 

 

Lutter contre le chancre coloré du platane

 

 


Origine et morphologie


PlatanesLe chancre coloré s’attaque uniquement aux platanes. Il aurait été importé lors du débarquement de Provence de 1944 via les caisses de munitions américaines. Après avoir gagné le sud de la France, il a aujourd’hui remonté la vallée du Rhône et s’est étendu à d’autres pays européens comme l’Italie, la Suisse et la Grèce.

 

La Savoie a constaté son premier cas de contamination fin 2006.


Le chancre se propage aussi bien dans le sol que dans l’air ou l’eau, soit de proche en proche au niveau racinaire, soit par contact avec une plaie (élagage, choc…). Il progresse donc très vite !

 

 


Les symptômes extérieurs sont tardifs et difficiles à reconnaître, d’autant qu’ils ressemblent à ceux d’autres maladies moins graves :

  • disparition du feuillage,
  • plaques d’écorce grise et craquelée,
  • longues tâches verticales et violacées sur le tronc (plus visibles sur bois mouillé).

 

Détails de chancre

 

 

Quand un platane est contaminé, l'intérieur de son tronc est marqué par des nécroses (bois mort). C'est le seul symptôme incontestable, mais il n'est malheureusement visible qu'après abattage (photo de droite).

 

Impacts directs


Le chancre coloré bloque les canaux de sève des platanes : il les condamne ainsi à mourir par assèchement en deux à cinq ans. À ce jour, il n’existe aucun traitement efficace contre ce parasite.


Souvent utilisés en alignement routier, les platanes sont fragilisés par le chancre coloré, ce qui augmente fortement le risque de chute de branches, voire de l’arbre tout entier en cas de vents violents.
Ce risque est d’autant plus lourd que le diagnostic est difficile et pas toujours pratiqué à temps.


Les platanes sont très présents dans notre paysage : sur les places de villages, en bord de route, ou par exemple sur l’esplanade d’Aix-les-Bains et aux abords de l’abbaye d’Hautecombe.
La contamination progressant vite, la lutte contre le chancre coloré permettra aussi la sauvegarde de notre patrimoine commun.

 

Méthodes de lutte

 

  • Diagnostic régulier (réalisé par un expert)
  • Interventions minimales, uniquement en période froide et sèche
  • Plantation d'autres essences

 


Plusieurs démarches contre cette colonisation

La lutte contre le chancre coloré est obligatoire en Savoie « pour toute personne physique ou morale » sur les terrains « lui appartenant ou dont elle a usage »
(arrêté préfectoral du 14 février 2008)


En l’absence de traitement contre le chancre coloré, il faut protéger les platanes avant leur contamination.

 

 

Platanes et autres arbres

 

  • Platanes or not platanes ?


Malgré le risque lié au chancre coloré, on plante encore couramment des platanes, en raison de leurs bonnes facultés d’adaptation et de leurs qualités esthétiques.
Après plusieurs années de recherche, l’INRA a breveté une variété résistante : le Platanus platanor ‘Vallis Clausa’’ (disponible dans une seule pépinière en Rhône-Alpes).

 

  • Planter d’autres arbres

 

Le périmètre de précaution préconisé est de trente mètres autour d’un platane atteint par le Chancre coloré. Dans certains départements, la plantation de platanes est même interdite au moins dix ans après la contamination d’un site.
Varier les espèces d’arbres permet donc de faire obstacle à la propagation du chancre coloré.

 

Platanes sains

 

  • Ouvrir l’œil

 

 

Les symptômes du chancre coloré sont difficiles à déceler, surtout les nécroses intérieures du tronc, qui sont révélées par des tâches verticales et violacées de dix à quarante centimètres, sur un à trois centimètres de large.
Si vous croyez les avoir reconnues mais qu’il vous reste un doute, voici une astuce : arrosez l’écorce, elles apparaîtront alors beaucoup plus nettement (stries noires sur bois vert).

 

  • Limiter les interventions

 

 

La meilleure prévention reste de limiter au maximum les blessures causées aux platanes, volontaires ou non. En cas d’interventions nécessaires à leur entretien :

  • agissez en hiver car le chancre coloré est moins virulent,
  • nettoyez et désinfectez bien votre matériel (outillage et véhicule) à chaque sortie du chantier, par pulvérisation ou badigeonnage à base d’alcool à brûler ou d’eau de javel.

 

 

Platanes contaminés

 

  • S’appuyer sur les experts

 

 

Même si vos platanes sont sains, vous devez prévenir le Service régional de protection des végétaux (SRPV) quinze jours avant toute intervention : élagage, terrassement à proximité… Ce service centralise à la fois les diagnostics en lien avec un laboratoire certifié, et le suivi des chantiers délégué à la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (FREDON).
04 78 63 25 65 / srpv.draf-rhone-alpes@agriculture.gouv.fr

 

  • Suivre la procédure fixée par arrêté préfectoral

 

 

 

Quand le SRPV constate un cas de chancre coloré, il envoie au propriétaire une demande de destruction (abattage ou dévitalisation), applicable dans les deux mois suivants, selon les mesures fixées par l’arrêté du 14 février 2008 :

 

  • nettoyage et désinfection des engins et de l’outillage,
  • intervention en période hivernale,
  • obligation d’incinération sur place du bois contaminé (son transport est interdit).

 

 

 

 Traitement chimique !

A ce jour , malgré les recherche intensives de l’INRA (Institut national de recherche agricole), il n’existe aucun traitement capable de soigner les platanes victimes du chancre coloré.

Il existe en revanche des produits cicatrisants sensés limiter les risques liés aux champignons, mais leur efficacité fait encore débat parmi les professionnels.

 

 

Les actions menées par le Département depuis 2005

 

Veille : suivi du cadre législatif, connaissance des pratiques françaises et internationales
Sensibilisation : réunions d’information, campagne de communication grand public en 2009

Gestion : entretien du réseau routier sur 3200 km, surveillé depuis 2006 par 15 référents, bilan sanitaire sur 4500 arbres routiers en 2007
Formation interne : 150 agents de terrain formés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger cette fiche en format PDF