RSS
Mobile
Google+
Facebook
Twitter
Les éditions
Lettres d'information
Contacts
Conseil départemental de la Savoie
Vous êtes ici : Le Conseil départemental de la Savoie » Infos pratiques

Infos pratiques

L'aménagement

Communiqué de presse - Hervé Gaymard se félicite de la ratification par l’Assemblée Nationale du traité franco-italien sur le Lyon Turin

Résumé

Communiqué de presse
Chambéry, le 31 octobre 2013

Détail

Ce jeudi 31 octobre a été approuvé à l’Assemblée Nationale le projet de loi relatif à l’accord entre la France et l'Italie sur la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin.Hervé GAYMARD, député et Président du Conseil général, porte–parole de son groupe parlementaire sur ce dossier, se félicite de cette adoption.

 


Les débats qui se sont tenus ont permis l’expression de toutes les sensibilités, et ont été l’occasion de bien poser tous les enjeux économiques, européens, environnementaux, sécuritaires et financiers de ce grand projet Lyon-Turin. Une grande majorité des parlementaires a ainsi pu confirmer son soutien à la réalisation de cette infrastructure qui doit être engagée rapidement : par le vote positif de l’Assemblée Nationale, les députés ont pu prendre une décision d’avenir en conscience, dans un état d’esprit pragmatique et ambitieux.

 

Hervé GAYMARD, en intervenant comme porte-parole de son groupe parlementaire, a rappelé la ténacité de Pierre DUMAS pour la construction de l’autoroute de Maurienne et du tunnel du Fréjus. Avec la conviction et la responsabilité de préparer l’avenir, il a souligné plusieurs points sur le Lyon-Turin. Ce grand projet est un véritable investissement du XXIème siècle :

 

• d’abord sur le plan économique, parce qu’il crée les conditions du développement économique du sud de la France et du nord de l’Italie. Ce n’est pas par hasard que plus de 600 chefs d’entreprises se sont mobilisés en sa faveur.

 

• ensuite sur le plan environnemental, car le ferroutage est la solution la plus adaptée pour diminuer le nombre de camions en circulation.

 

• enfin pour l’emploi, car ce grand chantier va irriguer pour plusieurs décennies l’économie régionale.

 

 

Dans un état d’esprit volontariste, considérant que la trop faible part actuelle du transport par rail, par rapport à la route, ne doit pas être une fatalité, Hervé GAYMARD a rappelée que la ligne existante par le tunnel du Mont-Cenis, même modernisée, n’est cependant pas en mesure d’assurer tous les transports de demain. A cela s’ajoute la question de la sécurité : même avec des travaux récents, le tunnel historique du Mont-Cenis ne peut durablement accueillir un volume important de transport à la fois de personnes et de matières dangereuses.

 


Enfin, la question financière étant cruciale, la volonté franco-italienne de réaliser le Lyon-Turin rencontre un engagement européen clair, qui se traduit par une prise en charge par l’Europe de 40 % de la partie transfrontalière, la France n’ayant à porter que 25 %, alors même que les ¾ du tunnel transfrontalier et des emplois du grand chantier seront en territoire français.