RSS
Mobile
Google+
Facebook
Twitter
Les éditions
Lettres d'information
Contacts
Conseil départemental de la Savoie
Vous êtes ici : Le Conseil départemental de la Savoie » Infos pratiques

Infos pratiques

L'environnement

E/ Lutte contre l'ambroisie

Résumé

L'ambroisie colonise de préférence les terrains en friche, les chantiers et les cultures mais également les bords de route et de cours d'eau.

Véritable enjeu de santé publique, la lutte contre l’ambroisie est obligatoire sur tout le territoire national (décret n°2017-645 du 26 avril 2017).

Détail

Origine et morphologie

Originaire d’Amérique du Nord, l’ambroisie est une plante de type herbacé, qui vit et meurt sur une période d’un an. Elle est souvent confondue avec d’autres espèces.

Comment la reconnaître ?

  • une feuille très découpée du même vert sur les deux faces,
  • des tiges souples, velues et rougeâtres par endroits,
  • pendant l’été, de minuscules fleurs jaunes, suivies de nombreuses graines dressées en épis.

 

Un bosquet d'ambroisie La feuille de l'ambroisie La fleur de l'ambroisie

Il est essentiel de savoir identifier l’ambroisie, et ce, quel que soit son stade de végétation :

Les modes de dissémination

  • le vent pour le pollen,
  • l'eau et les roues des véhicules pour les graines.

 

Impacts directs

L’ambroisie pose avant tout un problème de santé publique : très agressifs, ses pollens sont non seulement allergènes, mais aussi sensibilisants par contacts répétés.

Comme dans beaucoup de pays européens, on constate en Rhône-Alpes une croissance inquiétante de cette plante, qui provoque des allergies chroniques et parfois graves (rhinites aiguës, asthme, etc..).

Par ailleurs, l’ambroisie produit une très grande quantité de graines, capables de vivre une quarantaine d’années dans le sol ! Cette longévité exceptionnelle associée à une germination précoce lui permet d’envahir durablement les milieux naturels et agricoles.

Comment lutter contre l'ambroisie

L’enjeu principal est d’empêcher l’ambroisie d’émettre ses pollens et de produire ses graines.

Il faut surveiller...

L’expansion importante de l’ambroisie est essentiellement liée à la production de nombreuses graines résistantes. Agir avant la floraison est alors un bon moyen d’éviter sa propagation.

et prévenir !

La prévention reste la meilleure lutte contre cette plante pionnière : ne pas laisser les terrains à nu est une mesure à adopter.


Actions de fond

Ouvrir l'oeil pour réagir vite et au bon moment

En raison de sa petite taille, l’ambroisie reste souvent très difficile à identifier avant la fin du printemps. Il est pourtant capital d’interrompre son cycle avant fin juillet, pour limiter non seulement le risque allergique en période de floraison, mais aussi l’expansion de la plante par la dispersion de ses graines.

Alors attention à ne pas colporter de terres contaminées… et surtout, soyez vigilants : plus vous pourrez repérer l’ambroisie tôt dans la saison, plus vous vous donnerez du temps pour prévoir et appliquer des mesures d’éradication.


Actions répétées sur la durée

Arracher avant floraison

Bien adapté aux petites surfaces, l’arrachage manuel de l’ambroisie est très efficace. Quatre précautions sont à respecter :

  • intervenez avant la période de floraison (août ou juillet selon les années),
  • de préférence, portez des gants et un masque si les fleurs sont présentes,
  • surveillez les repousses liées aux graines des années précédentes,
  • séchez les déchets avant de les évacuer en déchèterie.

Tondre … et recommencer

L’ambroisie supporte mal la concurrence : il est conseillé de laisser la végétation locale se développer pour l’"étouffer". Pour des surfaces où la population d’ambroisie est dense ou le nombre de passages limités, tondez le plus haut possible au printemps puis le plus bas possible avant la floraison.

Dans les autres cas, une fauche tardive et haute est à privilégier, suivie d’une succession de fauches toutes les 4 à 5 semaines avant floraison.


Actions ponctuelles

Occuper le terrain

L’ambroisie craint la concurrence végétale. Lorsqu’un terrain est provisoirement mis à nu, il est donc nécessaire de l’ensemencer le plus tôt possible.

Dans tous les cas, choisissez plutôt des espèces adaptées aux conditions locales (sol, climat, etc) : elles se développeront plus vite et résisteront mieux aux agressions d’espèces invasives comme l’ambroisie.

Protéger la terre

L’ambroisie s’implante de préférence sur les sols mis à nu car elle résiste mal au manque de lumière.

Sur des chantiers de longue durée, il peut être utile de prévoir des plantations ou un bâchage provisoire.

Sur les massifs récemment plantés, vous pouvez réduire le risque de colonisation par l’ambroisie en utilisant des paillages : bâche, toile de jute, copeaux de bois…


 

En résumé

Les méthodes de lutte :

  • vigilance,
  • arrachage manuel,
  • fauche répétée,
  • couverture des sols (paillage, bâchage…),
  • plantations d’autres espèces.

Pour aller plus loin :