RSS
Mobile
Google+
Facebook
Twitter
Les éditions
Lettres d'information
Contacts
Conseil départemental de la Savoie
Vous êtes ici : Le Conseil départemental de la Savoie » Infos pratiques

Infos pratiques

L'environnement

E/ Lutte contre la renouée du japon

Résumé

Originaire d’Asie, la renouée du Japon a été introduite en Europe au début du XIXe siècle pour ses qualités esthétiques. Malheureusement, elle s’est vite échappée des jardins. Dotée d’une forte capacité d’adaptation, y compris dans les milieux difficiles, elle a d’abord gagné des espaces en friche, puis colonisé les bords de routes et les berges des cours d’eau.

Détail

Origine et morphologie

Comment la reconnaître ?

La renouée est reconnaissable avec :

  • ses grandes tiges creuses, vertes ponctuées de rouge, hautes de 3 à 5 mètres,
  • ses larges feuilles d’un vert franc et ses tiges creuses,
  • ses grappes de petites fleurs blanches à jaune pâle en été.

 

Le nom de "renouée du Japon" regroupe en réalité plusieurs espèces, dont trois particulièrement présentes en Rhône-Alpes :

Les modes de dissémination

  • l'homme (travaux d’aménagements, entretien routier…),
  • l'eau (crues…).

 

Impacts directs

Les atouts des renouées sur leurs concurrents végétaux :

  • développement rapide dès le début du printemps grâce aux réserves exceptionnelles de leurs rhizomes,
  • peu de lumière sous leur feuillage dense,
  • émission de substances toxiques dans le sol,
  • système racinaire très étendu, ce qui leur permet de traverser des obstacles comme une route par exemple,
  • dispersion grâce au grand nombre de bourgeons présents sur leurs rhizomes.

 

Ces "tactiques" particulièrement efficaces ont des conséquences lourdes pour notre environnement.

En premier lieu, la renouée du Japon élimine toute concurrence végétale et prive ainsi la faune locale de son habitat naturel.
Par ailleurs, très présente en bordure de cours d’eau, elle accélère l’érosion des berges.
Enfin, elle uniformise les paysages, entraîne des problèmes de visibilité et empêche toute activité humaine dans les milieux qu’elle colonise (promenade, baignade, pêche, etc.).

 

Comment lutter contre la renouée du Japon ?

Surveiller et adopter une gestion régulière !

Il est indispensable de maintenir une action régulière pour éviter la propagation de la renouée, d’autant que l’éradication totale est souvent impossible ou très lourde à mener et très coûteuse.

La méthode la plus efficace reste la prévention et la vigilance : il faut protéger les secteurs qui n’ont pas encore été colonisés.

Secteurs non colonisés

Occuper le terrain

La renouée du Japon colonise d’abord les terrains à nu et les milieux perturbés (chantiers de construction ou friches par exemple). Pour la concurrencer, il faut que la végétation soit dense et vigoureuse. Alors, dans vos jardins, choisissez des espèces adaptées aux conditions locales (sol, climat, etc.).

Éviter le "colportage"

La renouée colonise les milieux avec une vitalité redoutable : un centimètre de rhizome suffit ! La priorité, c’est donc d’éviter de la disperser, même accidentellement. Par exemple, en sortant d’une zone contaminée, inspectez bien le matériel, les roues des véhicules : un morceau de renouée peut s’y cacher…


Secteurs colonisés : petites surfaces

Ouvrir l’oeil

Il est essentiel de repérer la renouée le plus tôt possible. Un arrachage précoce (dès avril) des nouveaux pieds évite la colonisation.

Faucher régulièrement

Pour éviter l’expansion de la renouée, on peut la couper manuellement ou la faucher à la débroussailleuse régulièrement, de mi-avril à mi-octobre. Les déchets de coupe doivent être séchés sur place ou sur une surface imperméable et éloignés des bordures de cours d’eau. Le pâturage est également possible en début de végétation.
Ces actions nécessitent d’être répétées pendant plusieurs années.

Bon à savoir
Ne compostez pas les déchets verts issus d’actions de gestion de renouées asiatiques, au risque de la propager. De nombreuses déchèteries n’acceptent pas les déchets de renouées. Aussi, le Département réalise une étude sur le compostage industriel afin de savoir si cette plante peut être acceptée dans les déchèteries.


Secteurs colonisés : grandes surfaces

Surveiller et contenir l’expansion

Parfois, si l’envahissement est trop dense et/ou la surface à couvrir trop étendue, il n’y a plus de possibilité d’élimination du massif de renouées lui-même.
Dans ce cas, l’enjeu principal est de contenir la colonisation par la fauche et l’arrachage des plants de renouée en limites de massifs.


En résumé

Les méthodes de lutte :

  • vigilance,
  • fauche répétée,
  • pâturage,
  • plantations d’autres espèces.

Pour aller plus loin :