La passerelle sur le Rhône : le récit d'un chantier de haut vol

écrit le 17 septembre 2021

Prouesse technologique et réussite environnementale, retour sur un chantier au long cours qui a mobilisé durant trois années des entreprises de pointe et qui permet désormais aux cyclistes de franchir le Rhône en toute sécurité.

Voix off :

La ViaRhôna, c’est un réseau de pistes cyclables permettant de rejoindre le lac Léman à la Méditerranée.

Mais jusqu’à l’été 2021,pour traverser le Rhône naturel entre la Savoie à l’Ain, les cyclistes devaient emprunter la D1504, une route très fréquentée, ainsi que avec notamment trois tunnels.

Pour sécuriser ce tronçon, le Conseil départementalde la Savoie a lancé en tant que maitre d’ouvrage  une étude pour imaginer un itinéraire sécurisé, entre La Balme en Savoie et Virignin dans l’Ain.

C’est ici dans la banlieue de Grenoble que le projet a réellement pris forme en 2015.

Guillemette Bénet, ingénieur en structures et architecte du projet, a tracé les premières esquisses. Et elle a suivi la genèse de l’ouvrage jusqu’à sa réalisation.

Interview Guillemette Bénet :
« Le site était à peu près figé, on savait que l’on avait un ouvrage qui ne devait pas avoir de franchissement dans le cours d’eau, et qui devait être assez léger et pas trop coûteux, donc ça nous orientait tout de suite sur un ouvrage à câbles, un ouvrage suspendu ».

Voix off :

Autre obligation, respecter un site très préservé et classé Natura 2000. (Illustration Guillemette devant son ordinateur)

Interview Guillemette Bénet :
 «  Ce qui était aussi demandé, c’est de s’insérer au mieux et le plus sobrement possible dans le paysage. Et donc ne pas avoir les mâts plus hauts que les arbres. Ça c’était une contrainte. On avait aussi un gabarit de navigation à respecter même si cette portion n’est plus navigable, elle pourrait l’être un jour on avait une distance par rapport au cours d’eau à respecter. Également, on doit être au-dessus de la cure centennale donc ça positionne le tablier de l’ouvrage par rapport au Rhône.» 

Voix off :

Fin 2018, les premières équipes sont sur site avec la réalisation des fondations par l’entreprise Est Ouvrages

Septembre 2020, par un temps exécrable,  l’entreprise MND doit aujourd’hui faire passer avec l’aide d’un hélicoptère  les premiers câbles pour faire la jonction entre les deux rives.

Interview  Fabien Rouvier, Département de la Savoie, maître d’œuvre :

« L’entreprise a procédé la semaine dernière au montage des mâts. Et aujourd’hui, elle est en train de procéder à la mise en place des câbles provisoires, qui vont permettre justement de pouvoir dérouler les câbles porteurs qui vont assurer la stabilité sur lesquels on va accrocher le tablier. »

Voix off :

C’est grâce à un hélicoptère que l’opération a lieu.

Une mise en place risquée avec le ce vent et qui demande une très grande dextérité de la part du pilote. Il faudra une journée pour réussir cette opération cruciale phase indispensable.

Live : ‘Si tu arrives à y mettre la visse, hop !

Voix off :

Fin septembre, c’est au moyen d’une grue de 80 mètres que les câbles porteurs, d’une plus grosse section, sont enfin déroulés entre les deux rives.

Harnachés dans une nacelle, des ouvriers guident le passage des câbles, mètre par mètre au moyen d’une poulie.

Un autre exercice de haut vol qui demande du doigté pour assembler ce mécano XXL.

La structure en câble étant désormais prête, le tablier est alors déployé, toujours avec une grue.

Une par une, les structures métalliques sont positionnées et boulonnées. Deux semaines de travail qui demandent toujours autant de précision.

Interview Jean-Philippe Quentin, chef de chantier MND :

« C’est périlleux car on a du personnel qui se trouve en bout de passerelle dans le vide, et technique car il faut justement coordonner les équipes humaines avec la manœuvre de la grue. »

Voix off :

Dernière étape : les gardes corps.

La passerelle de la ViaRhôna est alors presque terminée. Il faudra encore procéder aux derniers tests de sécurité pour valider la conformité de l’ouvrage avant que celui-ci soit mis en service.

Fin juillet, les premiers cyclistes ont le plaisir de traverser le Rhône en toute sécurité sur cette nouvelle passerelle suspendue de 170m de long et 2,20m de large.

Et visiblement, elle était attendue.

Interview de Carole et son mari :

« Très très bien on l’attendait, ça évite une route bien dangereuse, (coupe) pour redescendre sur Virignin il y a beaucoup de circulation donc là c’est une aubaine. (Elle) ou c’est top ».

Voix off :

Ce chantier entrepris en 2018 aura couté au total 1,85 millions d’euros HT. Un investissement financé  par les Départements de la Savoie et de l’Ain, la Région Auvergne Rhône Alpes,  la Compagnie nationale du Rhône, l’Etat et l’Europe.

Un investissement financé  par les Départements de la Savoie et de l’Ain, la Région Auvergne Rhône Alpes,  la Compagnie nationale du Rhône, l’Etat et l’Europe.

La passerelle sur le Rhône : le timelaps. Trois années de chantier en vidéo et en 2’20

Une réalisation de MND

Passer les outils de partage

Partager cette page sur les réseaux sociaux
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Plus d'infos sur la compétence Infrastructures et routes

CD73 blanc     

Gardons le contact

DÉPARTEMENT DE LA SAVOIE

Château des ducs de Savoie
CS 31802
73018 Chambéry cedex

ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE

04.79.96.73.73
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30