#DECOUVERTE

Rénovation du Musée Savoisien : quand les élèves mettent la main à la pâte !

écrit le 20 février 2020
Un jeune travaillant sur un coffre ancien

En CAP ébénisterie au Lycée du Nivolet à La Ravoire, en 5e au collège de Bissy, en seconde ou en CAP menuiserie à l’Institut national des jeunes sourds de Cognin, ils contribuent au futur parcours de visite grâce aux projets pédagogiques mis en place dans le cadre d’un partenariat entre le Département et leur établissement scolaire. Avec l’aide de leurs professeurs, ils fabriquent ainsi des reproductions d’objets de collections, des jeux de construction, réalisent des vidéos en langue des signes française ou imaginent un jeu des 7 familles sur l’Antiquité en Savoie. Ces projets en font des ambassadeurs du musée !

Comment créer des passerelles entre les établissements scolaires et le Musée Savoisien dans le cadre de son chantier de rénovation démarré il y a 1 an ? En mettant en place des projets pédagogiques qui trouveront une application concrète au sein du futur musée de référence de l’histoire et des cultures de la Savoie. «  La médiation culturelle est un axe de travail important pour notre musée et notre équipe. Notre objectif est de toucher divers publics et notamment la jeune génération. Nous avons donc décidé d’associer des collégiens et lycéens à la rénovation. Pour les intégrer à la démarche, quoi de mieux que de les inviter à devenir acteurs du  futur parcours de visite ! » explique Pascale Court, responsable de l’unité des publics au Musée Savoisien. Une quarantaine de jeunes participent donc activement à l’aventure et livreront dans quelques mois des objets ou outils destinés à être manipulés par les visiteurs pour une meilleure compréhension des expositions et collections du musée. Et si on partait à leur rencontre pour découvrir leur travail ?

Le bois sous toutes ses formes !

... Avec les élèves en CAP ébénisterie au lycée des métiers le Nivolet à La Ravoire

Le groupe, constitué de 9 garçons et 2 filles, planche depuis l’automne dernier sur la reproduction d’un petit caisson du 17e siècle, d’un coffre à coiffes datant de 1750 et d’un berceau du 19e siècle issus de la collection du musée. «  Ces facs similés feront partie intégrante du parcours de visite. Nous ne pouvons pas exposer en permanence les originaux car il faut les protéger de la poussière, de la lumière directe, des insectes et de l’humidité qui peut entrainer des fissures dans le bois » précise Elodie Gilbert, assistante de conservation du patrimoine. Les jeunes ont également réalisé des supports en bois démontables pour expliquer les différentes techniques d’assemblage possible : tenon mortaise, mi-bois en croix, mi-bois en angle, queue d'aronde…
Crédit : Valérie Verger

2020 02 Portrait Valérie Verger 390 

Valérie Verger

Professeur d’ébénisterie au lycée le Nivolet

« Je travaille avec d’autres musées en France pour permettre aux visiteurs de vivre une expérience sensorielle grâce au toucher et à l’odorat. Pour bien comprendre la pièce, ils peuvent la prendre en main et l’observer sous tous les angles ce qui n’est pas possible avec un objet de collection. Pour le Musée Savoisien, j’ai choisi de faire travailler mes élèves sur des pièces adaptées à leur niveau d’expérience. Nous avons procédé aux relevés avant de dessiner les plans puis d’entrer en mode fabrication en utilisant les essences de bois originales. Pour le coffre à coiffes, nous allons utiliser principalement du hêtre qui sera teinté au brou de noix puis patiné à la cire d’abeille comme à l’époque !  Le volet ornemental s’annonce complexe et long pour reproduire les frises et rosaces sculptées dans le bois. En tout, pour réaliser ce coffre, il faudra compter entre 2 et 3 mois en atelier. C’est un plaisir de partager et de transmettre ce savoir-faire à mes élèves. C’est aussi très valorisant de se dire que les visiteurs du musée pourront découvrir les dessous de ces meubles liés à l’histoire, au patrimoine et à la vie domestique des Savoyards ».

2020 02 Portrait Loup Sevessand 390 

Loup Sevessan

15 ans, élève en CAP d’ébénisterie au lycée le Nivolet

« Je suis très content de faire partie de ce projet pédagogique. C’est super car on a pu visiter une partie des réserves du Musée Savoisien. On nous a notamment présentés un secrétaire et un guéridon de très grande qualité datant de 1720. C’est incroyable de se dire que ce sont nos ancêtres qui ont inventé ces techniques d’assemblage du bois et c’est chouette aujourd’hui de pouvoir les reproduire. J’ai un gros coup de cœur pour le coffre à coiffes car, comme moi, il est originaire d’Arêches-Beaufort ! Il est petit et tout mignon ! J’aime travailler le bois comme mon arrière-grand-père, donc pour moi ce projet, et plus généralement mon orientation scolaire, c’est un peu un clin d’œil au passé et à ma famille ! ». 

Et si on parlait la langue des signes ?

... Avec les lycéens de l’Institut national des jeunes sourds (INJS) situé à Cognin

L’INJS fait partie du paysage savoyard depuis des décennies : l’établissement a été fondé dans les années 1840 à Cognin ! C’est donc tout naturellement vers lui que s’est tournée l’équipe du Musée Savoisien pour faciliter l’accueil des visiteurs sourds ou malentendants dans le cadre de son volet accessibilité.

Questions à…

Valérie Grail, enseignante en langue des signes française à l’INJS

Sur quoi porte votre collaboration ?

« Le projet pédagogique que nous menons est double. Il s’agit tout d’abord de fabriquer des jeux de construction en bois, représentant des chalets contemporains miniatures, destinés aux enfants dès l’âge de 3 ans.  2 élèves en spécialité menuiserie sont mis à contribution.  Avec 5 autres élèves, ils travaillent aussi à la réalisation de pastilles vidéo qui seront diffusées sur tablette pour présenter en langues des signes 7 objets de la collection du musée : un catafalque (meuble utilisé pour symboliser le corps ou le cercueil d’un défunt au cours d’une cérémonie commémorative), une combinaison de Wingsuit, des ceintures traditionnelles que portaient les femmes des  Vallées des Arves et des Villards en Maurienne, la maquette d’un chalet de Hauteluce, un tableau de Jean Monneret qui représente la construction du barrage de Roselend, des couverts prestigieux datant de 1860 et une boîte à sel pour le moins originale en forme de poule (voir diaporama ci-dessous).  En novembre dernier, nous avons intégré notre studio pour enregistrer ces vidéos sur un fond vert et ensuite passer à la phase de montage. C’est un travail intense pour les élèves qui s’entrainent pour montrer à l’écran une belle gestuelle. C’est motivant pour eux de se sentir utiles et ils ont hâte de voir le résultat fini ».
Crédit : Musée savoisien

Gilles Ranouil, responsable pédagogique à l’INJS

Cette expérience est valorisante pour les élèves mais l’est-elle aussi pour l’équipe enseignante et l’INJS plus généralement ?

 « C’est sûr qu’une proposition comme celle du Musée Savoisien ne se présente pas tous les jours ! Ça n’arrive qu’une fois dans sa carrière d’entrer dans un musée par la petite porte et de pouvoir se dire que dans ce lieu, il y aura un peu de nous ! L’INJS est souvent associé à des projets pédagogiques avec des partenaires divers et variés mais rarement de cette envergure. Cela fait 2 ans que nous nous penchons sur la commande du musée en mobilisant plusieurs de mes collègues : professeurs de français, d’histoire-géographie, d’atelier et de langue des signes ainsi qu’un éducateur spécialisé. Tous accompagnent les élèves dans la réussite de ce projet collectif ».

Voyage dans le patrimoine gallo-romain de la Savoie

... Avec les latinistes du collège de Bissy

Les liens qui unissent le collège de Bissy au Musée Savoisien remontent à quelques temps déjà grâce à la mobilisation de Claire Sentis, professeure de français et de latin. Cette année, elle embarque ses élèves (classe de 5ème) dans une nouvelle aventure sur 3 ans. Nous seulement, ils vont pouvoir se glisser dans la peau d’un archéologue, lors de différents ateliers et visites sur le terrain, mais également imaginer puis réaliser un jeu des 7 familles sur le patrimoine gallo-romain de la Savoie. Le prototype, livré en 2021, fera partie des nombreux outils de médiation proposés sur le parcours de visite du musée.

Écouter l’interview de Claire Sentis

Pour accompagner les collégiens dans la création de ce jeu des 7 familles, l’équipe du musée épluche ses collections pour faire ressortir des noms de Savoyards ayant vécu à l’antiquité. « Je recherche toutes les inscriptions et j’essaie de reconstituer des familles. L’idée est que je fournisse la matière suffisante aux collégiens pour leur permettre de valoriser ces noms  et les objets associés, issus de nos collections. Ces objets pourront être présentés en photos ou sous la forme de dessins. Tout est possible ! Ce jeu de cartes devra être accessible aux enfants dès l’âge de 8 ans et sera, pourquoi pas, mis en vente dans la boutique du musée » explique Audrey Roche, responsable des collections archéologiques au Musée Savoisien.

Elle et sa collègue médiatrice, Audrey Gelloz, ont animé le 18 février dernier un atelier autour de l’archéologie au collège de Bissy, histoire de plonger dans l’ambiance la vingtaine d’élèves latinistes associés à ce projet pédagogique. «  Nos actions hors-les-murs sont un moyen pour le musée de rayonner un peu partout en Savoie afin de toucher un maximum de personnes, jeunes comme moins jeunes. C’est une démarche participative qui leur permet d’être acteurs du patrimoine local. Ici, au collège de Bissy, nous souhaitons impulser une vraie dynamique pour que les élèves deviennent les ambassadeurs du musée lorsqu’il rouvrira ses portes. Nous partageons avec eux des notions citoyennes en leur expliquant pourquoi il est important de préserver et de respecter notre patrimoine. C’est aussi l’occasion de susciter des vocations dans les métiers de l’archéologie ! »  précise Audrey Gelloz.  

Lors de l’atelier du 18 février, les collégiens ont ainsi pu observer, manipuler et analyser des objets issus des collections du musée. Une opportunité qui n’est pas donnée à tout le monde ! Filippo et Kenza, 12 ans en sont bien conscients :  

Kenza « C’est intéressant de faire un saut dans le passé surtout que l’histoire est une de mes matières préférées. Accueillir un atelier comme celui-ci nous change des cours habituels »

Filippo « Je ne savais pas ce que c’était que l’archéologie. J’ai découvert un métier et on a eu la chance de travailler sur des objets datant de l’époque romaine qu’on a manipulés très délicatement. On va à nouveau se glisser dans la peau d’un archéologue le 9 avril prochain lors de visites sur le terrain à Chanaz et à Aix-les-Bains. J’ai hâte !  ».

Suivez toute l’actualité du Musée Savoisien en rénovation et du chantier des collections sur www.musee-savoisien.fr

CD73 blanc     

Gardons le contact

DÉPARTEMENT DE LA SAVOIE

Château des ducs de Savoie
CS 31802
73018 Chambéry cedex

ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE

04.79.96.73.73
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30