#DOSSIER

Aide à la personne : des métiers qui recrutent !

Deux personnes au foyer du Noiray

Aide-soignant.e, assistant.e familial.e, éducateur.trice spécialisé.e, ou encore aide à domicile : Savoie Mag consacre son dossier à ces métiers pour lesquels les besoins explosent. C’est même en termes d’emploi l’un des secteurs les plus porteurs en France. Problème : les recrutements patinent faute de candidats… En cause, la méconnaissance et le manque de valorisation. Et pourtant, ce sont des métiers d’avenir, qui ne cessent de s’ouvrir et d’innover. Chef de file des politiques sociales, le Département est doublement confronté aux difficultés de recrutement, directement pour ses services et indirectement pour la mise en œuvre de ses politiques publiques en faveur des personnes âgées, handicapées, en difficulté ou de l’enfance.

De quels métiers parle-t-on ?

Les missions de l’aide à la personne dont il est question dans ce dossier regroupent des métiers du domaine social, mais aussi de la santé et de l’aide paramédicale. Secteurs d’activités, exemples de fiches métiers : voici quelques éléments pour vous repérer.

Des métiers auprès des plus vulnérables :

  • Personnes âgées
  • Personnes handicapées
  • Enfants
  • Publics en difficulté

Des professionnels présents :

  • En établissements : établissements d'hébergement pour personnes âgées dependantes, pour personnes handicapées, accueils de jour, résidence autonomie, foyers d'accueil de mineurs, Etablissement et Service d'aides par le travail (ESAT), etc.
  • Au domicile des personnes ou sur des lieux d'activités ( écoles, centres aérés, etc.)
  • Dans les services des collectivités locales en charges des politiques médico-sociales : Département, mairies et intercommunalités

Quelques chiffres

  • Au niveau national: le besoin de personnels en établissement et à domicile aux côtés des personnes âgées est évalué à 140 000 équivalent temps plein supplémentaires d’ici 2030.
  • En région Auvergne Rhône-Alpes:
  • le secteur santé social représente 14% de l’emploi salarié soit 1 actif sur 7
  • en 2019, sur 35 000 projets de recrutement, 54,4% sont jugés difficiles par les employeurs

2021 02 GuillaumePelletier 1020

Guillaume Pelletier, Directeur général de l’APEI(*) de Chambéry

 

"C’est un enjeu de société !

Nous avons actuellement sur l’APEI de Chambéry 24 offres d’emplois à pourvoir ! Le risque, c’est de manquer de personnels pour assurer la continuité des services existants. Au-delà de nos besoins, il s’agit d’un enjeu de société : il en va parfois de la pérennité des structures, et de notre capacité d’accompagner les plus fragiles et d’assurer leur sécurité et leur bien-être. Il est urgent d’attirer de nouveaux professionnels vers ces métiers."

(*) Association des parents, des personnes handicapées mentales et de leurs amis

Zoom sur 3 métiers parmi tant d’autres…

Assistant(e) familial(e)

Les assistants familiaux contribuent à la mission de protection de l’enfance déléguée au Département. Ils sont recrutés par la collectivité.

Quelles missions ? Accueillir, à son domicile, de façon permanente, un mineur ou un majeur de moins de 21 ans dont la situation (difficultés éducatives, affectives, problème de santé…) ne lui permet plus de vivre avec sa famille. Il s’agit de l’accompagner dans les soins et les tâches nécessaires à son développement physique, mental, affectif et social. L’assistant familial participe au projet éducatif de l’enfant confié aux côtés des équipes professionnelles de la protection de l’enfance du Département.

Quel profil ? Disponible, à l’écoute et apte à travailler en lien avec les familles et les partenaires, l’assistant(e) familial(e) doit obligatoirement obtenir un agrément garantissant les conditions d’accueil, de sécurité, de santé et d’épanouissement de l’enfant. Au moment du recrutement, aucun diplôme n’est exigé pour exercer mais une formation de 300 heures est obligatoire. Des réunions d’information sont régulièrement organisées par le Département. Renseignements : 04 79 89 57 04 / claire.mounier@savoie.fr

 

Aide à domicile

Egalement appelé(e) assistant(e) de vie, auxiliaire de vie sociale ou encore agent d’accompagnement à la vie quotidienne, l’aide à domicile contribue au maintien à domicile des personnes âgées, handicapées, malades ou rencontrant des difficultés permanentes ou passagères.

Quelles missions ? Apporter une aide à la personne, dans son cadre de vie et pour son bien-être, pour l'accomplissement des tâches de la vie quotidienne ( ménage, préparation et prise de repas, toilette, habillage…). Il ou elle délivre un soutien physique mais aussi moral et relationnel y compris aux proches aidants.

Quel profil ? Ce métier, essentiellement féminin, n’est pas fermé aux hommes, bien au contraire, messieurs vous êtes les bienvenus ! Quel que soit leur statut (public, associatif ou privé), tous les services d’aide à domicile près de chez vous recherchent de nouveaux salariés. La motivation et l’envie d’aider l’autre restent les critères principaux de recrutement.

 

Accompagnant  éducatif et spécialisé (AES)

Proximité, bienveillance et travail d’équipe sont au cœur de ce métier qui en fonction de la spécialité choisie pourra s’exercer au domicile de la personne accompagnée ou au sein d’une structure collective comme des résidences autonomie, des établissements et services d’aide par le travail (ESAT), des instituts médico-éducatifs ou encore des structures d’accueil de la petite enfance.

Quelles missions ? Proposer une intervention sociale au quotidien afin de compenser les conséquences d’un manque d’autonomie de la personne, jeune ou moins jeune, quelle qu’en soit l’origine ou la nature. Cet accompagnement passe par une aide à la toilette, au repas, un suivi de budget mais aussi le maintien d’une vie sociale et culturelle pour permettre à la personne d’être actrice de son projet de vie.

Quel profil ? Ce métier est ouvert à toute personne dynamique qui aime le contact humain. Sans niveau scolaire requis, la formation est accessible dès l’âge de 17 ans avec à la clef un diplôme d’Etat (DEAS) dans le champ de l’accompagnement des publics fragiles.

Le Département recrute !

La collectivité n’échappe pas aux difficultés de recrutement. Assistants familiaux, référents personnes âgées et personnes handicapées ou encore assistants socio-éducatifs : des offres d’emploi sont déjà publiées régulièrement et se poursuivront pour faire face aux nombreux départs en retraite programmés dans les 3 ans à venir.

Pour être informé(e) des postes à pourvoir : rendez-vous sur savoie.fr ou sur le profil LinkedIn du Conseil départemental de la Savoie.

Des métiers d’avenir ouverts à tous

Chacun sa voie, chacun son parcours

Vocation, formation initiale, parcours de reconversion : les professionnels.lles de l’aide à la personne viennent d’horizons divers. Pas de profil type, ce sont des métiers ouverts à tous, femmes et hommes, jeunes ou moins jeunes, qui ont en commun des qualités essentielles de savoir-être au premier rang desquelles le contact humain et l’empathie.

L’alternance, un accès privilégié pour apprendre le métier

Le Département ouvre les portes de l’apprentissage à de nombreux jeunes qui souhaitent se former aux métiers de l’aide à la personne. C’est le cas de Damien Visoz Vergara, 19 ans, qui prépare son diplôme d’éducateur spécialisé en alternance à la Maison sociale du Département de l’Avant-pays savoyard à Saint-Genix-sur-Guiers.

Découvrir de l’intérieur un métier, allier théorie et pratique tout en étant rémunéré : depuis octobre dernier, Damien Visoz Vergara passe 2 à 3 semaines par mois sur le terrain et le reste du temps, il suit ses cours à Lyon. «  C’est pendant le premier confinement que j’ai eu le déclic. J’étais à ce moment-là en première année de Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Plutôt que de rester derrière mon ordinateur, j’ai décidé de me bouger pour apprendre un métier et mettre rapidement un pied dans la vie active. Je me suis tourné vers l’alternance et j’ai décidé de devenir éducateur spécialisé pour me sentir utile à la société. Je participe aux réunions d’équipe, aux entretiens avec les familles et aux solutions d’accompagnement proposées sur le long terme pour venir en aide à des jeunes ou moins jeunes en difficulté. Je découvre le métier aux côtés d’assistantes sociales, de psychologues… et j’apprends beaucoup de leur expérience. Je me suis engagé sur 3 ans et je sais désormais pourquoi et pour qui je me lève tous les matins ».

Le mot de sa tutrice, Isabelle Besson, référente enfance Jeunesse et famille à la Maison sociale du Département de l’Avant-pays savoyard.
« La question de la transmission est importante. Il est indispensable de partager notre savoir pour permettre à la jeune génération de prendre la relève. Damien m’accompagne dans toutes mes missions pour bien comprendre le métier et devenir autonome jusqu’à voler de ses propres ailes à la fin de son apprentissage ».

Option reconversion : une 2e carrière pour une nouvelle vie

Carole Blouzat, assistante familiale – Venthon

Les métiers de l’aide à la personne peuvent être l’aboutissement d’une vocation et / ou d’une formation initiales… ou pas ! Certains y accèdent après une première vie professionnelle. C’est le cas de Carole Blouzat. Depuis 2 ans, elle accueille à son domicile 2 jeunes garçons qui lui ont été confiés par les services de protection de l’enfance du Département. Bien loin de son ancien environnement de travail… « Quand nous avons déménagé en Savoie en 2014, j’ai rencontré des difficultés à trouver un CDI malgré mon statut de fonctionnaire. Ça m’a poussée à m’interroger sur ce que j’avais envie de faire et c’était en lien avec l’humain », explique-t-elle. Ce constat l’amène à assister à une réunion d’information sur le métier d’assistant(e) familial(e) et à rencontrer des professionnels de l’enfance. « Ce n’est pas un métier pour lequel on fonce tête baissée ! Ma décision a été réfléchie, en famille. La condition, c’était d’abord que mes enfants soient d’accord ». La suite n’a rien à voir avec un saut dans l’inconnu : formations de 60 heures avant le premier accueil puis de 240 heures ensuite et un accompagnement suivi par des professionnels. « On peut avoir le sentiment que l’assistante familiale gère seule à son domicile mais ce n’est pas le cas ! Il y a une équipe pluridisciplinaire et un référent à nos côtés ». Aujourd’hui Carole a le sentiment d’être à sa place : « On n’est pas les grands sauveurs mais on fait de notre mieux pour les enfants. C’est très enrichissant et c’est la première fois que je rencontre autant de bienveillance et d’écoute dans mon environnement professionnel ! » conclut-elle.

Des métiers qui se réinventent

Quand organisation rime avec innovation

Comment répondre aux difficultés de recrutement, de professionnalisation et de remplacement des aides à domicile ? Le groupement d’employeurs GEIQ ADI, labélisé au niveau national, répond présent depuis 10 ans via ses formations en alternance et la mise en place depuis fin janvier d’une équipe mobile en Cœur de Savoie. Explications de sa directrice, Stéphanie Guenin.

« Nous proposons des parcours de formation sur 1 an avec à la clef un diplôme et un emploi d’aide à domicile dans l’une de nos 10 structures adhérentes en Savoie. Les  personnes  en difficulté d’accès à l’emploi, sans expérience, ni qualification dans ce secteur, se tournent vers nous pour effectuer une alternance : 2 jours de formation par semaine pour 3 jours en application sur le terrain avec un système de tutorat à domicile qui fonctionne très bien. Et comme nous constations des tensions de plus en plus fortes en matière de recrutement d’urgence pour pallier des arrêts maladie par exemple, nous mettons en place une équipe mobile d’aides à domicile avec le soutien financier du Département, de la Région et de l’État. Après un an et demi de gestation, cette équipe volante a été lancée fin janvier en Cœur de Savoie.  Pour répondre aux imprévus, 2 professionnelles expérimentées  sont ainsi mises à disposition de 3 structures situées à Albertville, Frontenex et  La Rochette. Ce dispositif innovant, lancé en parallèle sur le secteur annécien, a vocation, à terme, à être étendu sur les départements voisins couverts par le GEIQ ADI. »

2021 02 Reinventent CCafieri 1020

Ce sont eux qui en parlent le mieux !

Tous les professionnels en témoignent : les métiers de l’aide à la personne ont un supplément d’âme. Choisir cette voie, c’est aussi plonger dans une aventure humaine. En intervenant pour le mieux-être des plus fragiles, ils changent la vie… Des héros discrets du quotidien !

Margaux, éducatrice spécialisée à Albertville

« Intéressée depuis le collège par tout ce qui touche au social, j’ai rencontré des éducateurs spécialisés lors de mes expériences bénévoles dans des associations œuvrant aux côtés d’enfants. J’ai vite su que j’en ferai moi aussi mon métier. Mon diplôme en poche, j’ai intégré en 2013 le lieu d’hébergement « Horizons ». Nous accueillons une dizaine de jeunes de 6 à 14 ans qui rencontrent des difficultés dans le cadre familial et qui nous sont confiés par le Département dans l’aide sociale à l’enfance. Ils sont hébergés en semaine et les week-ends, de jour comme de nuit. Je les accompagne au quotidien sur leur scolarité, leur hygiène, les temps de repas ou de coucher pour leur redonner des repères. Chacun ayant un projet personnalisé, je suis là pour les aider à atteindre les objectifs fixés. En contact constant avec les familles, ma mission est aussi de recréer du lien enfant-parent pour envisager l’avenir plus sereinement. Je ne vois pas passer mes journées tant mes missions sont passionnantes et différentes selon le profil et le parcours du jeune. C’est un métier dynamique qui est exercé en équipe avec des corps de métier différents. Nous pouvons ainsi croiser et renouveler nos pratiques pour répondre au mieux aux besoins du jeune et prendre soin de lui ».

Nathalie Eudes, 53 ans, aide-soignante à Saint-Baldoph, APEI de Chambéry

Mon parcours professionnel n’a pas été un long fleuve tranquille. J’ai travaillé dans le monde de l’édition, du prêt à porter et de l’électronique avant de poursuivre mon chemin, il y a 9 ans, en tant qu’aide-soignante. J'ai voulu faire un métier qui ait du sens, qui apporte autant aux autres qu'à moi-même. Le monde du handicap m’a toujours beaucoup intéressée. J’exerce à la Maison d’accueil spécialisée du Noiray . Les résidents sont des adultes vieillissants en situation de handicap mental. Nous les accompagnons dans les actes de la vie quotidienne et leurs activités. J’aime dire que, grâce à cela, nous soignons le corps et l'âme des résidents ! J'ai la chance de travailler dans une structure qui associe les aides-soignants au volet animation. On organise des ateliers cuisine, chant, cinéma ... indispensables à l'existence de toutes et tous. Comme je suis très active, curieuse et que j’aime m’investir, ce métier est parfait pour moi. Je l’ai choisi et je ne regrette pas, même si les horaires de travail sont en décalés, toute l'année et que le salaire, quels que soient nos employeurs, n’est pas valorisant.

 

Sandrine Cavasin, Aide à domicile pour l’association « Aide aux familles à domicile (AFD-UNA73) depuis 14 ans

J’ai découvert le métier d’aide à domicile à l’occasion d’un stage pour une formation d’auxiliaire de vie que je suivais dans le cadre d’une reconversion professionnelle. J’ai rencontré des gens formidables, des professionnels passionnés, ça m’a donné envie de rester ! J’aime l’indépendance que permet ce métier, malgré les fortes contraintes horaires. Les interventions sont toutes différentes, j’accompagne les personnes dans les actes de la vie quotidienne en les faisant participer. C’est le meilleur moyen de leur donner goût à la vie. Aujourd’hui, je suis animée par ce métier, j’aime savoir que j’apporte un sourire à une personne. Je pense qu’il m’a fait grandir : en étant à l’écoute des autres, je suis plus à l’écoute de moi-même. Ça me permet de rester connectée aux valeurs simples de la vie et être dans l’essentiel.

Crédit : Béatrice Cafieri

CD73 blanc     

Gardons le contact

DÉPARTEMENT DE LA SAVOIE

Château des ducs de Savoie
CS 31802
73018 Chambéry cedex

ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE

04.79.96.73.73
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30