DM 2020/ DOB 2021- Discours de Hervé Gaymard

Documents

Session du Conseil départemental de la Savoie
Vendredi 27 novembre 2020 : Débat d'orientations budgétaires 2021
Discours de M. Hervé Gaymard, président du Conseil départemental de Savoie

Monsieur le Préfet,

Mes chers Collègues,

 

Nous voici réunis, comme en juillet dernier dans cette belle salle du Manège, pour notre débat d’orientations budgétaires ainsi que la première Décision Modificative.

 

Le contexte sanitaire, avec son cortège de conséquences sociales, économiques et sociétales, place l’institution départementale en première ligne sur tous les fronts, et impacte grandement notre équation budgétaire, comme nous l’exposera dans quelques instants Michel Bouvard, vice-président aux Finances.

 

Lors de la première vague de l’épidémie, le Conseil Départemental avait démontré sa proximité et sa réactivité, grâce à l’implication de nos agents, en télétravail pour 700 d’entre eux, ou sur le terrain, ainsi que de nos élus. Par l’adoption d’un ambitieux plan de relance en juillet dernier nous nous sommes donné les moyens de soutenir les communes, les associations et l’économie savoyardes.

Face à cette deuxième vague, nous répondons encore présent pour soutenir les plus fragiles, accompagner les collégiens, assurer la continuité du service public départemental.

Cette crise impacte fortement le secteur social et médico-social.  Les EHPAD sont très atteints, et je sais la peine des familles de ne plus pouvoir être présentes auprès de leurs proches autant qu’elles le souhaiteraient. Les élus de nos commissions sociales, nos deux vice-présidentes, Christiane Brunet et Rozenn Hars sont mobilisées pour soutenir nos partenaires pendant cette période et je les en remercie.

Je salue l’engagement des personnels qui accompagnent les plus fragiles, les enfants et les familles en difficulté ; car je sais qu’ils sont confrontés à beaucoup de souffrance, et peuvent se sentir découragés devant l’ampleur de la tâche.

Nous devons poursuivre nos actions au plus près des lieux de vie des personnes, les accompagner à leur domicile et agir en prévention afin d’éviter des recours subis aux établissements. Une attention toute particulière doit également être portée aux plus jeunes et nous vous remercions de la collaboration avec les services de l’Etat, monsieur le Préfet, pour que le repérage et l’accompagnement des enfants en danger et des familles en difficultés soit l’affaire de tous, tout comme doit l’être l’accès à l’emploi et à la formation des jeunes.

 

S’agissant de nos 38 Collèges, depuis la rentrée des vacances de la Toussaint, nous sommes pleinement mobilisés pour mettre en œuvre le protocole sanitaire renforcé qui prévoit un nettoyage accru des locaux, ainsi qu’une organisation des réfectoires qui permette l’application des gestes barrière.

Des entreprises de nettoyage sont intervenues dans 18 collèges afin de renforcer les missions de nettoyage et de désinfection et un service « traiteur » supplée les difficultés d’organisation du service de restauration liées à l’absentéisme du personnel déclarés « cas contact » ou « positif ».

Au nom de notre assemblée, je tiens à remercier les 320 agents départementaux qui travaillent dans les collèges ou à l’atelier culinaire pour le formidable travail qu’ils réalisent au quotidien et sans qui le service de l’Education nationale ne pourrait se tenir convenablement. J’ai tout récemment eu l’occasion de me rendre avec le Directeur des Services Académiques et Marie-Claire Barbier au collège de Yenne, et je peux témoigner de l'implication, du dévouement et de la volonté constante de tous ces agents pour apporter le meilleur service possible aux élèves et à la communauté éducative.

Dans nos services routiers de nouvelles mesures d’adaptation ont été prises afin de garantir le meilleur déroulement du service hivernal, tout en assurant la protection de nos agents. Par ailleurs, comme peut en témoigner Auguste Picollet, les travaux se poursuivent dans de bonnes conditions, malgré les circonstances, notamment dans les gorges de l’Arly, dans les Arves en Maurienne, à Bersend dans le Beaufortain, au tunnel du Chevril en Haute-Tarentaise, à Voglans pour l’accès à la ZAC de la Prairie, sur la ViaRhôna à Serrières-en-Chautagne et à Motz, et de manière générale sur beaucoup de nos routes , partout dans le département

 

Nous sommes, dans cette période si particulière, encore plus attentifs à maintenir un dialogue social de qualité, mené par Brigitte Bochaton que je remercie pour son implication. Le rapport annuel sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, que nous examinerons tout à l’heure, est une des clefs de ce bien vivre ensemble qui donne sens à nos engagements.

Je veux en notre nom à tous, féliciter l’ensemble des agents départementaux pour leur remarquable investissement et leur sens des responsabilités, au bénéfice des Savoyards.

                                                                       *

Plus que jamais, mes chers collègues, notre action doit être placée sous le sceau de la solidarité et de l’ambition. Le projet de décision modificative que nous présentera Michel Bouvard dans quelques instants propose donc l’inscription de 7 M€ de dépenses et de recettes supplémentaires pour amplifier nos actions face à la crise, en complément du plan de relance de 40 M€ de juin, ce qui traduit une augmentation de 25 % de notre budget d’investissement par rapport à celui de 2019, pourtant déjà élevé.

C’est grâce à notre gestion rigoureuse de ces dix dernières années et notre politique assumée de baisse de notre endettement et de maîtrise des dépenses de fonctionnement, que nous pouvons aujourd’hui assurer pleinement notre rôle de soutien et de relance, tel que nous le devons à la Savoie et à ses habitants.

Les orientations budgétaires pour 2021 et les années suivantes, dont nous débattrons tout à l’heure, s’inscriront encore dans un contexte exceptionnel, toujours dominé par les incertitudes qu’accompagnent une crise sanitaire mondiale majeure et un environnement économique profondément dégradé.

La crise a pour conséquence de réduire nos recettes et d’accroître nos dépenses de solidarité. Mais le renforcement substantiel de notre structure financière, nous permet de poursuivre notre action en faveur de la cohésion sociale et territoriale, de l’éducation, du développement durable et de la transition écologique, et plus largement du soutien à l’activité, notamment dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics. Dans ce cadre, la programmation exceptionnelle complémentaire d’investissements routiers a permis d’atteindre un niveau de 81 M€, en hausse de 31% par rapport à 2019. De surcroit, au plus fort de la crise sanitaire, les entreprises ont apprécié les efforts immédiats du Département pour soutenir leur trésorerie, par le relèvement des avances inscrites dans nos marchés.

Dans le cadre de notre Décision modificative de ce jour, au-delà des ajustements traditionnels de fin d’exercice budgétaire, un crédit d’investissement complémentaire de 2,8 M€ vous est notamment proposé pour les travaux de sécurisation dans les gorges de l’Arly.

Je souhaite également évoquer la suppression du passage à niveau 18 de Viviers-du-Lac. Enfin une bonne nouvelle ! Monsieur le Préfet, vous venez de confirmer le concours financier de l’Etat à hauteur de 50 % (6 M€) qui complétera le tour de table qui réunit le Département (2,2 M€) la Région (2,2 M€), la Communauté d’Agglomération Grand Lac (1,3M€) et la commune de Viviers du lac (0,4M€). Les travaux vont commencer dès l’été 2021 pour une mise en service tant attendue fin 2022. 

Avec le monde de la culture que nous aidons, le monde du sport souffre beaucoup de la crise. Le Département depuis toujours mène une politique sportive dynamique tant pour le sport amateur que de haut niveau. Les Savoyards, parce qu’ils savent s’enthousiasmer et supporter leurs équipes, méritent un stade digne de ce nom. Nous avons pris l’engagement de soutenir la reconstruction du stade de Chambéry. Nous le tiendrons, bien évidemment, mais nous devrons l’amplifier avec les autres collectivités partenaires, ville de Chambéry, Grand Chambéry, Région. Monsieur le Préfet, comme vous le savez, il nous paraît indispensable que l’État rejoigne ce tour de table dans le cadre du plan de relance.  Cela ,serait d’autant plus justifié qu’une partie des coûts supplémentaires relève des normes fixées par les fédérations sportives à qui l’Etat a délégué cette compétence.

*

Je voudrais maintenant évoquer plusieurs rapports importants.

S’agissant de notre politique agricole, alimentaire et forestière, il y a plus de 50 ans, l'engagement du Département a consisté à favoriser un modèle agricole spécifiquement savoyard, alternatif aux grandes orientations nationales et européennes, basé sur des productions de qualité sous AOC, avec un maintien de la marge pour les producteurs.

Nous avons sans cesse adapté nos interventions à l’évolution du contexte, à l’image de la politique forêt/filière bois puis, aux actions menées pour faire face au changement climatique, ou en faveur du développement des circuits courts, dossier pris en main dès 2018 par nos collègues Marie-Claire Barbier et Lionel Mithieux.  Baptisé « de la terre à l’assiette », le projet vise à développer une alimentation locale et de qualité, davantage en adéquation avec la demande de nos concitoyens, en garantissant la pérennité et le développement des filières agricoles.  Après de nombreux échanges avec les collectivités, les associations, le monde agricole et le secteur privé, il nous est proposé d’engager rapidement plusieurs actions concrètes dans le domaine du foncier, de l’organisation de l’approvisionnement local pour la restauration collective ou de la sensibilisation à l’éducation alimentaire.

La transition est toute trouvée avec notre ambition en matière de développement durable, avec le rapport annuel que nous présentera Annick Cressens dans quelques instants.

En 2021, nous amplifierons encore notre démarche transversale et volontariste en faveur du développement durable.

Avec plus de 150 millions d’euros de subventions déjà versées ces quinze dernières années aux communes, le Département soutient de longue date les collectivités locales engagées dans la protection de la ressource en eau, la sécurisation de l’alimentation en eau potable, l’épuration des eaux résiduaires ou encore la prévention des risques d’inondation, et cela restera évidemment l'une de nos priorités,  C’est ainsi que près de 2 millions d’euros d’aides sont prévus pour soutenir des projets novateurs d’adaptation des services de l’eau aux conséquences du changement climatique.

L’engagement du Département s’exprime également dans le domaine de la transition énergétique avec la mise en place dès 2021 d’une  « Plateforme Territoriale de Rénovation Energétique de l’habitat à l’échelle de la Savoie » co-construite avec les collectivités locales.

Et, bien évidemment, nous poursuivrons le verdissement de notre flotte automobile après les quarante véhicules électriques en cours de livraison que nous avons acquis cette année et que nous commençons à voir sillonner les routes avec un marquage spécifique original.

 

Le Département est également moteur dans la Participation citoyenne.

Nous avons lancé le Budget Citoyen, Vos projets pour la Savoie, le 15 octobre dernier, avec Rozenn Hars. Chaque jour, de nouvelles idées affluent. L'environnement et l'amélioration du cadre de vie est la thématique majoritaire. Les citoyens qui se sont emparés de ce nouveau dispositif ont parfaitement compris sa vocation en faveur "des petites révolutions locales", de la proximité, du mieux vivre au quotidien, du droit à l'imagination. La mobilisation est encore faible dans les vallées, mais on observe plutôt un équilibre entre les bassins urbains et les territoires ruraux.  En raison du contexte de crise que nous traversons, le calendrier de cette belle opération sera reconfiguré.

*

Mes chers collègues, monsieur le Préfet, parmi les évènements tragiques de cette année 2020, nous avons tous été interpellés par le drame de plus que subit le peuple Libanais. Je vous proposerai dans quelques instants, d’attribuer une aide de 30 000 € en faveur de l’association « les Baroudeurs de l’espoir » qui met en œuvre des programmes d’accompagnement d’enfants et adolescents souffrant de stress post-traumatique. Avec Christiane Brunet et l’appui de notre cinquième commission, nous avons souhaité aller au-delà de l’aide d’urgence habituelle pour soutenir ce programme que l’association propose pour les enfants de Beyrouth et qui s’inscrit dans la durée en lien avec nos compétences départementales.

*

Monsieur le Préfet,

Mes chers collègues,

            Je voudrais maintenant, avant de commencer l’examen des rapports, revenir sur la situation économique et sociale de notre département.

            Le premier confinement s’est déroulé dans un contexte où les principaux indicateurs s’amélioraient :

  • comme le taux de chômage, qui était au plus bas depuis 2008 à 5,8%;
  • comme le nombre d’allocataires du RSA 5375 foyers ;
  • le carnet de commande des entreprises ainsi que leur santé financière ;
  • enfin d’une saison d’hiver qui eût été exceptionnelle sans la fermeture anticipée des stations.

            Neuf mois plus tard qu’en est-il ? À s’en tenir à certains indicateurs, après une saison d’été bien meilleure que prévue, on pourrait estimer que notre économie est résiliente : le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 8,5 %, mais n’a pas explosé, passant de 35.720 chômeurs à 38.760 fin septembre (derniers chiffres connus) ; de même que le nombre d’allocataires du RSA qui a augmenté sur la même période de 15 % avec 800 foyers bénéficiaires supplémentaires .

Mais ces chiffres sont trompeurs, car ils sont masqués par les dispositifs massifs de soutien à l’économie décidés par l’État, qui ne pourront être éternels. Mais surtout, ils n’expriment pas les souffrances muettes de ceux de nos compatriotes, fragilisés psychologiquement et socialement, dont nos services sociaux ne prennent en compte qu’une partie, comme j’ai pu le constater en m’entretenant récemment avec nos agents d’une Maison Sociale du Département.

            Il est donc à redouter que nous ayons à traverser des mois de grandes difficultés. Il faut en être conscient, mais ne pas céder au découragement. C’est pourquoi notre unité, notre ardeur et notre inventivité sont aussi importantes pour traverser cette passe difficile.

            En matière industrielle, il y a de belles perspectives, comme ce projet que nous soutenons de la société Ugitech d’investir une cinquantaine millions d’Euros pour produire de l’acier savoyard 100 % recyclé qui créera 50 emplois et en consolidera 400, en  cohérence également avec le maintien de la ligne ferroviaire Albertville-Ugine que nous avons sauvée avec Arlysère. À Saint-Jean de Maurienne, Trimet a également de belles perspectives. Le groupe vient d’être primé dans le cadre de l’appel à projet du gouvernement pour la relocalisation des activités industrielles.

 

            Mais nous avons, Monsieur le Préfet, une très grosse inquiétude concernant les deux sites de la société Ferropem, de Château-Feuillet en Tarentaise et de Montricher-Albanne en Maurienne. Ils ont été sauvés il y a quinze ans, grâce à l’implication de tous, pour trouver un repreneur qui a longtemps été exemplaire. Passé récemment en d’autres mains, du fait d’une recomposition capitalistique, il ne l’est plus, et il menace aujourd’hui la pérennité de 200 emplois. Avec les syndicats et les élus, et particulièrement les parlementaires, nous sommes tous mobilisés. J’ai saisi encore il y a quelques jours le Ministre de l’Économie et des Finances afin qu’il s’implique personnellement sur ce dossier. Il y a urgence car de mauvaises nouvelles pourraient nous accabler dans les prochaines semaines.

            C’est aussi la saison touristique d’hiver qui nous inquiète, comme chacun le sait bien. Chacun connait les enjeux : 5 milliards d’Euros de chiffre d’affaires, 41 millions de nuitées en Savoie Mont-Blanc, 50 % du Produit Intérieur Brut de la Savoie, des dizaines de milliers d’emplois directs et indirects dans tout le département et dans tous les secteurs d’activité, des ressources fiscales importantes pour l’État et les collectivités locales.

            Depuis le premier confinement, et avant même que le second ne soit imaginable, nous savions que cette saison d’hiver serait particulière.

            C’est pourquoi, dès l’été, nous nous sommes mis au travail avec les professionnels qui ont procédé à des investissements conséquents dans des matériels de désinfection et les élus de la montagne, avec les services de l’État et de l’Agence Régionale de Santé, avec une ligne de force claire : être prêts à accueillir les touristes dans les conditions de sécurité sanitaires maximales.

            C’est pourquoi nous avons élaboré un protocole sanitaire, précis et méticuleux, sous la houlette du M. le Préfet de la Savoie, en cours d’agrément ministériel.

 

            C’est pourquoi, j’ai pris l’initiative de commander 250 000 tests antigéniques que nous sommes en train de réceptionner et que nous distribuerons dans les communes dès la semaine prochaine. Ils seront utilisés pour les 3000 professionnels du secteur social et médico-social, en établissement et pour l’aide à domicile, les agents du département, y compris dans les collèges. Ils seront utilisés également dans les stations, pour dépister notamment les personnels saisonniers.

            C’est pourquoi les communes se préparent actuellement pour organiser les centres de dépistage, ainsi que les lieux d’hébergements pour la quarantaine des testés positifs.

            C’est pourquoi nous suivons avec une attention particulière la situation dans nos hôpitaux savoyards, soumis à de fortes pressions, et je voudrais rendre hommage à leurs personnels qui sont d’un dévouement exemplaire.

            C’est pourquoi Savoie Mont-Blanc Tourisme est prêt à relancer à tout moment d’importantes campagnes de communication ciblées et adaptées à la situation.

            C’est ce que nous avons expliqué lundi matin lors d’une visio-conférence avec le Premier Ministre, et les ministres concernés. Nous avons également plaidé pour que la décision d’ouverture ou de fermeture des différentes activités que réunit une station de ski soit prise le 5 décembre, et pas avant, car la situation est très évolutive. Nous croyions avoir été entendus, car il avait fait droit à cette demande, comme l’atteste le communiqué publié à l’issue de cette réunion.

            Nous avons donc été abasourdis et déçus que le Président de la République annonce mardi : « il me semble impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes et bien préférable d’envisager une réouverture courant janvier », alors même qu’il indique qu’une « concertation a été engagée par le gouvernement avec les élus locaux et les professionnels et les décisions seront finalisées très prochainement. ». Cette annonce a provoqué immédiatement des vagues d’annulations y compris, ce qui est le plus inquiétant, au-delà du mois de janvier et donc pour les vacances de février

            J’ai donc écrit mercredi au Premier Ministre pour lui exprimer toute notre incompréhension, toute notre déception, toute notre colère.

            Après les annonces du premier ministre hier, l’urgence est désormais de rappeler haut et fort, que la montagne n’est pas confinée, que les stations ne sont pas des parcs d’attraction, qu’elles ne sont pas fermées mais ouvertes, à tous les résidents, propriétaires ou non, avec des activités multiples, même si elles seront réduites compte tenu du contexte sanitaire. Nous regrettons bien sûr la décision qui a été prise de fermeture des centres de vacances, attachés que nous sommes au tourisme social et scolaire.

            Il conviendra aussi que les soutiens économiques annoncés par le gouvernement tiennent compte de la saisonnalité et de la spécificité de ce secteur, avec une attention particulière pour les travailleurs indépendants. Je sais que nos parlementaires y veilleront.

            Je sais aussi que les montagnards, malgré le choc qu’ils viennent de subir, ne se décourageront pas. Nous maintiendrons notre exigence de sécurité sanitaire maximale. Et nous continuerons à nous préparer pour accueillir dans les meilleures conditions nos visiteurs dans nos formidables espaces, grandioses, mais humains et vivants grâce à toutes les générations qui s’y sont succédées.  Après ces confinements douloureux, nos concitoyens aspirent à venir chez nous, sur les bords de nos lacs comme dans nos montagnes. Sachons les accueillir.

            Je vous remercie.

Passer les outils de partage

Partager cette page sur les réseaux sociaux
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Retour aux Fiches pratiques Institution

CD73 blanc     

Gardons le contact

DÉPARTEMENT DE LA SAVOIE

Château des ducs de Savoie
CS 31802
73018 Chambéry cedex

ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE

04.79.96.73.73
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30